temps de lecture : 7 minutes

« Mémoires d'ici » propose des transcriptions de panneaux historiques et culturels situés à différents endroits d'Annecy, ainsi que la transcription d'articles et documents papiers.


Observatoire régional des lacs alpins : découvrez les vestiges d'habitations lacustres préhistoriques

Depuis le 27 juin 2011, 111 sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes sont inscrits au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Ces anciens villages formés de maisons armées de pieux, construites sur les berges ou dans les zones humides des régions alpines sont de véritables trésors cachés qui appartiennent à notre patrimoine.

Trois de ces sites classés se situent dans le lac d'Annecy : Saint-Jorioz (Les Marais) et Sévrier (> Crêt de Chatillon et Les Mongets). Leur récent classement par l'UNESCO a conduit l'Agglo à développer un projet de mise en valeur muséographique à l'Observatoire régional des lacs alpins (implanté au Musée-château) afin de présenter au public l'importance, la richesse et la fragilité de ces sites palafittiques.


Des biens en série(1) et non visibles à la lumière du jour

La Patrimoine mondial de l'UNESCO protège et signale des sites d'importance et de signification mondiale. Pour la première fois depuis son existence, ce label a été attribué pour des biens en série et non visibles du grand public.

Les grands lacs de l'Arc alpin se révèlent être une source phénoménale de données archéologiques et depuis une vingtaine d'années l'homme a compris la nécessité de préserver ces lieux,

confie Marie-Christine Lebascle, responsable des collections d'archéologie et d'anthropologie des musées de l'agglomération d'Annecy.

Des phénomènes particuliers en milieu lacustre permettent en effet de préserver dans les sédiments les matériaux organiques comme le bois, les textiles ou les restes végétaux et osseux,

explique Bruno Cottin, responsable de l'Observatoire régional des lacs alpins.


De nombreux témoignages du passé

Les deux salles d'archéologie, situées au 1er étage de la Tour et du logis Perrière, ne s'attachent pas exclusivement aux sites de notre territoire mais mettent en valeur la série de biens palafittiques répertoriés dans l'Arc alpin (Allemagne, Autriche, France, Italie, Suisse et Slovénie). Films d'animation, maquettes interactives, objets originaux, reconstitution de chantier montrent comment des plans d'échantillonnages rigoureux et l'utilisation de techniques scientifiques permettant de faire parler les « strates archéologiques ». Celles-ci deviennent la source de précieux renseignements concernant l'environnement et les modes de vie du passé.


Appendice 1

La section Archéologie du Musée-château d'Annecy

Les collections archéologiques du Musée-château d'Annecy présentent l'histoire des Alpes françaises depuis l'Homme de Néandertal jusqu'au Moyen-âge. Elles sont complétées par des artefacts provenant des quatre coins de l'Europe, du pourtour méditerranéen et d'Égypte.

Les palafittes : un livre ouvert sur la Préhistoire alpine

Le logis Perrière, situé au fond de la cour, est dédié à l'archéologie et à l'environnement des lacs. Après une rencontre avec les poissons endémiques et les pêcheurs, le visiteur est invité à faire un saut dans le temps à l'époque des palafittes, les premiers villages installés au bord des lacs alpins.

Les palafittes(2) furent officiellement découverts en 1854 en Suisse suite à une forte baisse hivernale des eaux du lac de Zurich. Des pieux en bois et d'innombrables objets, notamment en céramique, en pierre et en métal, permirent d'identifier la présence de villages préhistoriques qu'on ne tarda pas à reconnaître dans les autres lacs alpins. En août 1856, les premiers palafittes français furent identifiés dans le lac d'Annecy, à Duingt et à Sévrier.

Ces villages du Néolithique et de l'âge du Bronze ont été occupés entre 5'000 et 800 ans avant notre ère. Grâce à l'absence d'oxygène et à leur ensevelissement dans les sédiments lacustres, des éléments organiques y furent préservés ; des restes de bois, de plantes, de textiles et de nourriture dressent ainsi un portrait détaillé de la vie quotidienne des premiers agriculteurs européens. Leur découverte a révolutionné les connaissances sur la Préhistoire européenne et continue d'apporter de nouvelles données scientifiques.

Le 27 juin 2011, 111 sites palafittiques préhistoriques ont été inscrits sur la Liste du patrimoine mondial par l'UNESCO. Localisés en Allemagne, Autriche, France, Italie, Slovénie et en Suisse, ils forment désormais un bien sériel transnational du patrimoine mondial, représentatif de plus d'un millier d'habitats préhistoriques en milieu humide. Sa sauvegarde est garantie par un groupe de coordination internationale (ICG) dont la gestion est partagée entre les six pays participants.

Les collections du Musée-château présentent les découvertes faites dans le lac d'Annecy, en particulier celles du Roselet (Duingt) et du > Crêt de Châtillon (Sévrier), occupés il y a 3'000 ans et aujourd'hui immergés. Le four de Sévrier, sorti des eaux en 1974 et consciencieusement restauré, est l'exemplaire le plus complet connu à ce jour en Europe. Les échanges faits anciennement avec les autres musées d'archéologie permettent de présenter des vestiges provenant également d'autres lacs, principalement les lacs du Bourget, du Léman et de l'ouest de la Suisse.


Archéologie du territoire et d'ailleurs

Outre les palafittes, le Musée-château conserve des vestiges archéologiques liés à la présence humaine en Haute-Savoie depuis le Paléolithique moyen (-300'000 à -40'000) comme ceux de la grotte du Baré à Onnion. Une grande partie des collections provient des découvertes réalisées lors de la création du quartier des Fins à Annecy, à la fin du 19e et au début du 20e siècle, à l'emplacement de l'antique >> Boutae. Ce vicus situé sur la route reliant Genève (Genava) à Faverges (Casuaria) et Aix-les-Bains (Aquae) comporte l'ensemble des équipements classiques d'une ville romaine : forum, basilique, temples, thermes, théâtre… Il prend place dans un environnement campagnard densément peuplé dont les vestiges sont conservés dans les réserves du Musée-château. Du milieu du 1er siècle au 2e siècle, la monumentalisation de l'architecture à Boutae atteste une période de prospérité avant son déclin progressif aux 3e et 4e siècles.

Au Haut Moyen-âge (du 5e au 10e siècle), les traces archéologiques laissées par l'habitat sont plus ténues. En effet, le retour à des modes de construction plus légers, en particulier de l'architecture sur poteaux en bois, laisse des traces moins durables dans le sol. À Annecy, la superposition de ces vestiges fugaces à ceux des constructions monumentales de Boutae rend leur identification encore plus délicate dans le mille-feuilles des couches archéologiques.

Du 5e au 7e siècle, d'anciens quartiers de la ville romaine sont transformés en cimetières accueillant plusieurs centaines d'individus, certains arrivés lors des grandes migrations des peuples germaniques. Les collections du Musée-château accueillent les objets de ces tombes découvertes régulièrement depuis le 19e siècle dans l'ensemble de la Haute-Savoie. Les vestiges ayant intégré les collections sont, en règle générale, les plus spectaculaires : siège pliant, scramasaxe(3), plaques-boucles, crânes allongés par déformation volontaire...

Les collections sont complétées d'artefacts divers découverts en France, Égypte, Italie et Grèce, obtenus grâce à des échanges et des dons anciens. Plusieurs sites archéologiques de référence sont représentés, allant des ateliers de sigillée(4) de Gaule centrale à la ville égyptienne antique de Crocodilopolis en passant par les gisements paléolithiques de Dordogne. La nature éclectique des collections découle de la volonté pédagogique du premier conservateur du musée, Louis Revon (1833-1884), qui souhaitait faire du musée une « Leçon de choses » et rendre la connaissance accessible à tout visiteur.

Visite guidée des salles d'exposition

Poteries, silex, fragments de vannerie, emmanchements de poignards, pilotis... ponctuent la visite des deux salles de l'Observatoire régional des lacs alpins consacrés à l'archéologie subaquatique ancienne et contemporaine.
Une des pièces maîtresses à découvrir est le célèbre four de potier de l'Âge de bronze, découvert en 1974, sur la station du Crêt de Châtillon à Sévrier. Cette visite est également l'occasion de comprendre les techniques qui permettent d'expliquer la composition du paysage aux temps préhistoriques. La paléobotanique (analyse des espèces végétales conservées dans les sédiments : feuilles, bois, écorces, pollens, fruits...) et la palynologie (étude des grains de pollen) permettent de reconstituer les paysages anciens. Le carottage (prélèvement d'un échantillon du sous-sol terrestre ou marin) ou bien encore la dendrochronologie (méthode scientifique permettant de dater des pièces de bois en analysant les cernes des arbres et des pilotis) sont les outils qui permettent aux archéologues de dater à l'année près les éléments retrouvés.

Appendice 2

Le site palafitte de Sévrier, Crêt de Chatillon

Description

Le site a la particularité d'être implanté sur un haut-fond à 800 m de la rive actuelle. Longue de 180 m et large de 50 m, elle est recouverte par 4 m d'eau et elle est entourée par des fonds de 40 m. Découvert en 1856, le site a fait l'objet d'interventions variées des années 1970 à 2000.
Les relevés en cours montrent une occupation dense de tout l'espace avec une organisation selon deux axes orthogonaux. Une palissade de piquets suit la bordure de l'ile. Les couches archéologiques sont érodées mais les travaux récents montrent que des lambeaux peuvent encore être conservés en quelques points.


Particularités & points forts

Les vestiges archéologiques sont peu nombreux en raison d'une forte érosion mais en 1967 une pirogue a été découverte et un ensemble de fragments épais en argile cuite a été repéré. Ces derniers ont été recueillis en 1974 et ont permis le remontage d'une structure d'un diamètre de 70 cm et d'une hauteur de 50 cm. En deux parties, elle présente à la base une sole perforée et au sommet une cheminée. L'interprétation comme four de potier a été récemment remise en question avec une hypothèse fonctionnelle liée à un usage culinaire.
Au cours des travaux récents, divers objets ont été découverts, bronzes (couteaux, bracelets, pointe de lance, pendeloques, anneaux), meules et percuteurs. Un point remarquable est la découverte d'une douzaine de galets à rainure périphérique, qui n'étaient encore connus qu'à quelques exemplaires dans les lacs de Savoie.

Infos et chiffres-clés du site
  • Époque : Âge du Bronze
  • Période : Bronze final, 1100/1050 et 917 à 900 av. J.-C.
  • Localisation : lac d'Annecy, 45.8607147, 6.1525861
  • Taille du site : 1,07 ha
  • Taille de la zone tampon : 8,2 ha
illustration 1) Vue aérienne du site
cliché © Gendarmerie Nationale
ndr: et oui, il s'agit d'une des deux îles sous-lacustres du lac, la seconde étant à quelques encablures du château de Duingt...
illustration 2) Le "four de Sévrier", identifié comme four de potier, mais peut-être simple four du quotidien
cliché © É. Champelovier, Musée-château d'Annecy

Notes :
  • (1) bien en série ou bien sériel : bien patrimonial constitué d'au moins deux sites distincts sur un large secteur géographique,
  • (2) de l'italien palo, « pieux » et figgere, « ficher », donc littéralement des « pieux fichés (dans le sol) »,
  • (3) scramasaxe : sabre droit à un seul tranchant caractéristique du début du Moyen-âge,
  • (4) sigilée : céramique fine produite en série par moulage, destinée au service à table, reconnaissable par sa couleur rouge et caractéristique de l'époque romaine.

Sources :
  • Revue « L'agglo et vous », juin 2013,
  • page des >> collections d'archéologie du Musée-château d'Annecy (appendice 1),
  • fiche du site palafitte référence >> FR-74-05 sur le site Prähistorische Pfahlbauten um die Alpen (International & Swiss Coordination Group UNESCO Palafittes) (appendice 2).

Ailleurs sur killeak.net

Hier/Aujourd'hui : le vicus gallo-romain de Boutae, l'ancêtre d'Annecy édito

Le lac d'Annecy possède plusieurs exemples de petites cités lacustres et de >> sites palafittes, villages préhistoriques du Néolithique et de l'Âge du bronze final. Ils étaient implantés sur le territoire d'Annecy au bord (...)

>> Consulter cet édito complet

contenu publié le jeu. 18 janvier.

mot(s) clé(s) : annecy, ville d'- haute-savoie hier et aujourd'hui histoire


permalien : //www.killeak.net/?section=17&view=2671

message(s) : il n'y a pas encore de message, ajouter un message

mot(s) clé(s) : annecy, ville d'- haute-savoie hier et aujourd'hui lac d'annecy

Vous aimez ? Partagez !

Vos avis, commentaires et contributions :





Je me réserve le droit de supprimer ou déplacer tout message hors-sujet, à caractère injurieux ou raciste, etc...

Merci aussi de soigner un petit peu la grammaire et l'orthographe, et d'éviter le style sms ;-)

Les deux champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires !


Voir aussi sur le même thème :